Un ange en uniforme




   Voici une histoire de famille que mon père m'a racontée au sujet de sa mère, c'est-à-dire ma grand-mère.

   En 1949, mon père venait tout juste de revenir de la guerre. Sur toutes les routes des États-Unis, on pouvait voir des soldats en uniforme qui faisaient de l'auto-stop pour rentrer auprès de leur famille, comme c'était la coutume à cette époque en Amérique.

 
   Malheureusement, l'exitation que mon père éprouvait à l'idée de revoir sa famille ne dura pas longtemps. Sa mère tomba très malade et dut être hospitalisée. Elle souffrait de problèmes aux reins, et les médecins annoncèrent à mon père qu'elle ne passerait pas la nuit si on ne lui faisait pas immédiatement une transfusion sanguine. Le hic, c'est que ma grand-mère était du groupe sanguin AB-, un groupe toujours très rare aujourd'hui, mais qui était encore plus difficile à trouver à cette époque où il n'y avait pas de banques de sang ou d'envois de sang par avion. On vérifia le groupe sanguin de chaque membre de la famille, mais aucun ne correspondait. les médecins ne laissaient guère d'espoir à la famille : ma grand-mère était à l'agonie.

   En larmes, mon père quitta l'hopital pour aller rassembler tous les membres de la famille afin que chacun puisse faire ses adieux à grand-maman. En chemin, il croisa un soldat en uniforme qui faisait de l'auto-stop pour rejoindre sa famille. Submergé de chagrin, mon père n'était pas d'humeur à jouer au bon samaritain. Pourtant, quelque chose en lui le poussa à s'arrêter pour faire monter l'étranger dans sa voiture.

   Papa était trop bouleversé pour s'enquérir du nom de son passager, mais le soldat, voyant le visage attristé de mon père, lui en demanda la cause. À travers les larmes, papa raconta à ce parfait inconnu que sa mère hospitalisée se mourait parce que les médecins ne trouvaient aucun donneur de sang du groupe AB-, et que si on ne parvenait pas à trouver ce type de sang avant la tombée de la nuit, elle ne survivrait pas.

   Il y eut un long moment de silence dans la voiture. Puis, le soldat dont mon père ignorait le nom tendit la main, paume vers le haut. Dans le creux de sa main se trouvaient les plaques d'identité qu'il portait en collier autour de son cou et sur lesquelles était inscrit son groupe sanguin
 : AB-. Le soldat dit alors à mon père de faire demi-tour et de l'amener à l'hôpital.

   Ma grand-mère vécut 47 autres années, c'est-à-dire jusqu'en 1996, et à ce jour, personne dans la famille ne connaît le nom de ce soldat. Mon père, lui, s'est souvent demandé si c'était un soldat ou plutôt un ange en uniforme...


Jeannie Ecke Sowell



Page suivante

Page d'accueil




 
Page 1     Vivre #1   André A. Bernier

Page 2     
Vivre #2   André A. Bernier

Page 3     
Les 3 niveaux d'amour entre conjoints   André A. Bernier

Page 4     
L'amour   Daphne Rose Kingma

Page 5     
Cinquante façons d'aimer son partenaire   Mark et Chrissy Donnely

Page 6     
Vivre au présent   André A. Bernier

Page 7     
Réussir, un jour à la fois   Modus Vivendi

Page 8     
Citations   Randonneur.net

Page 9     
Maximes d'amour   Daphne Rose Kingma

Page 10   
Maintenant j'aime ma vie   Zenie

Page 11   
La respiration, source d'énergie   Jean-Louis Victor

Page 12   
L'effet des pensées sur les circonstances   James Allen


 


 



 


 
 46 
 
 



Créer un site
Créer un site